top of page

Q&R : Comment choisir son papier pour le dessin botanique ?


Dans chacune de mes newsletters, je réponds à une question que vous m’avez posée, qu’elle concerne mon processus de travail, les techniques que j’utilise, les commandes d’illustration, etc. Je développe mes réponses dans cette section du blog pour que vous puissiez les retrouver à tout moment. Et si une question vous trotte en tête, n'hésitez pas à la poser via la boîte à questions !



"Comment choisis-tu ton papier ? En d’autres termes, ton support influence-t-il ton dessin botanique ?"



J’attache effectivement un soin important au choix de mon papier, et ceci en fonction de mon projet de dessin. Pour des croquis ou des recherches, j’utilise le plus souvent un papier fin pour lequel je n’ai pas peur d’utiliser plusieurs feuilles, l’idée étant de me sentir le plus libre possible. (Car oui, certains papiers plus précieux ont parfois le pouvoir de donner quelques appréhensions !)


Pour un projet de dessin botanique au graphite ou aux crayons de couleur, je choisis un papier de qualité optimale, assez épais (je n’hésite pas à choisir du papier de 300gr normalement conseillé pour l’aquarelle, même s’il s’agit de dessin au crayon), je m’assure qu’il soit sans acide pour sa conservation, et j’essaie de choisir des papiers les plus respectueux possibles sur le plan environnemental et éthique.


Ensuite, je choisis la teinte et la texture qui conviendra le mieux à mon dessin. J’apprécie en général les teintes plutôt chaudes et naturelles, mais je m'assure toujours que la couleur de base de mon papier complète harmonieusement celle de mes sujets botaniques.

J'utilise aussi des papiers teintés qui permettent des effets de contraste forts et me permettent notamment de travailler les lumières en faisant des réhauts de blancs au crayon, à la craie ou au pastel. Cette technique permet ainsi de créer des effets de relief très présents. Je prête aussi une attention toute particulière à la texture du papier, avec laquelle je joue beaucoup pour imiter la texture de la plante que je représente. C'est donc bien mon dessin qui va influencer mon choix de papier, et non pas l'inverse ! Je vais par exemple choisir un papier très lisse (pressé à chaud, par exemple) pour une plante dont la texture sera elle aussi lisse et pour laquelle mon trait devra être très régulier, ou au contraire un papier à la texture plus marquée et à la fibre plus ouverte (papiers pressés à froid ou texturés), pour des végétaux qui auront beaucoup d'aspérités ou une texture duveteuse. C'est par exemple le cas de nombreux Tillandsias, qui ont de petites écailles ou un "duvet" qui capte l'humidité de l'air, rendant la texture à représenter très riche.


Un autre aspect crucial dans le choix du papier est sa capacité à absorber l'encre ou la peinture que j'utilise. Pour mes dessins à l'aquarelle et à l'encre, par exemple, je privilégie un papier à grain très fin qui permet une meilleure diffusion des pigments tout en conservant une netteté dans les détails. Pour réaliser une illustration botanique avec ces techniques, j'utilise systématiquement un papier très épais qui résistera bien au passage de l'eau.


Enfin, si vous souhaitez vous lancer mais que la diversité des papiers vous donne le tournis, je ne peux que vous recommander d’aller voir et toucher les papiers directement en magasin de Beaux-Arts, et de ne pas hésiter à demander de voir leurs nuanciers de papiers !



Comments


Commenting has been turned off.
bottom of page